Violences post-électorales: des morts et plusieurs interpellations

victime manifAu moins 50 personnes ont été interpellées dans une localité du centre de la Guinée où des violences ont fait cinq morts après les élections locales de dimanche aux résultats toujours attendus, ont indiqué jeudi les autorités locales.

En visite à Conakry, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU et chef du bureau des Nations unie pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (Unuwas), Mohamed Ibn Chambas, a appelé au calme et au respect des procédure légale en cas de contestation des résultats, selon le gouvernement guinéen.

Les interpellations se sont déroulées à Kalinko, où des cases et des maisons ont été incendiées mardi, a indiqué sur une radio locale le préfet de Dinguiraye, le commandant Mamadou Lamarana Diallo, dont dépend la localité.

Mercredi, le ministre de l'Administration du territoire, Boureima Condé, avait indiqué que cinq enfants avaient péri dans ce village dans un incendie volontaire.

Un député local de l'opposition, Fodé Maréga, a quant à lui évoqué un bilan de trois enfants tués dans l'incendie de leur case et de deux adultes "brûlés vifs par des manifestants en colère" en guise de représailles.

Des sources locales ont expliqué, sous le couvert de l'anonymat, que les deux adultes tués, un homme et une femme, n'avaient pas participé à la manifestation au cours de laquelle les enfants ont péri mais qu'ils appartenaient à la même communauté que ceux accusés d'avoir mis le feu aux habitations.

"Il faut maudire ces élections communales qui nous endeuillent", a estimé un habitant du village.

"Après les violences de Kalinko, les forces de l'ordre ont procédé à l'arrestation d'au moins 50 personnes qui ont été toutes transférées à la prison civile de Faranah, la capitale régionale", a expliqué le préfet Mamadou Lamarana Diallo.

"Certaines personnes ont été arrêtées en flagrant délit et détenaient des piquets, des gourdins...", a-t-il ajouté, en précisant que des violences avaient également éclaté dans d'autres villages.

Depuis dimanche, un étudiant de 23 ans est également mort à Conakry et une personne à Kindia (ouest) dans des violences post-électorales.

Selon l'opposition, ces élections locales, les premières depuis la fin des régimes autoritaires qui ont dirigé la Guinée pendant plus de 50 ans, ont été entachées de fraudes massives. Mardi, le chef de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, a appelé la jeunesse à la "mobilisation" et à se "lever pour exiger la vérité des urnes".

La Commission électorale nationale indépendante (Céni), seule habilitée à proclamer les résultats, a promis de les publier d'ici à la fin de la semaine, au moins partiellement.

A l'issue d'une visite de deux jours, le représentant de l'ONU, M. Chambas, a invité jeudi "à la sérénité" les différents acteurs et à "éviter tout acte de violence afin de permettre à la Céni de poursuivre son travail", selon un communiqué du gouvernement guinéen.

Regrettant "profondément" les pertes en vies humaines, il a exhorté les responsables des partis politiques et leurs sympathisants à "résoudre tout différend d'une manière pacifique et à travers les lois légales", selon le communiqué.

Appelant au "respect de la loi", le ministre de la Justice, Cheick Sako, a estimé qu'il fallait "absolument un climat de paix, de tolérance et de sérénité en cette période postélectorale pour le bonheur des populations".

AFP