Crise à l’UFD : Sadio Barry et ses proches répondent à Ismaël Bah

logo_ufdLa rédaction de guinee58 vous livre ce texte reçu de la part du Secrétaire général de l’UFD, Sadio Barry qui souhaite exercer son droit de réponse au texte de M. Ismaël Bah (http://www.guinee58.com/index.php?option=com_content&view=article&id=8797:2015-08-13-08-59-11&catid=34:politique-guinee-conakry&Itemid=68). M. Barry nous indique que ce texte ci est rédigé par Thierno Ibrahima Diallo.

C’est avec stupéfaction que j’ai lu le texte d’Ismaël Bah, responsable de l’UFD Benelux qui n’hésite pas à calomnier le Secrétaire général du notre parti sous le manteau de « proches de Baadiko Bah », Président du Conseil Permanant du parti. D’autant plus que M. Bah s’insurge contre ce qu’il appelle l’existence de clans dans le parti. Pire, Ismaël Bah va jusqu’à vouloir s’attaquer au 2ième vice-président du parti qui a joué son rôle en dénonçant la violation des statuts du parti par le Président qui a devoir de les faire respecter. Ainsi, Ismaël Bah s’attaque à ce que nous avons de plus précieux dans notre parti : une des personnalités les plus respectées de notre pays à cause de son intégrité et de son autorité morale. Me Barry est l’un des rares anciens ministres guinéens respectés de tous en Guinée, au sein de l’Administration comme au sein de la population.

 

Il n’y a pas que le 2ième vice-président qui a dénoncé les violations des textes du parti et la décision arbitraire et illégale de suspendre les activités du parti. Le 4ième vice-président également l’a fait.

 

Monsieur Ibrahima Barry dont parle Ismaël Bah est le Secrétaire général à la communication qui est venu dans l’UFD à travers le parti FJD et qui a été élu à ce poste par nous tous lors du congrès du 14 juin 2015, alors que Me Barry y était depuis longtemps.

 

Pourquoi donc parler des relations familiales dans son argumentation ? Ismaël Bah ignore-t-il que le Président Baadiko essaye de transférer les fonctions du SG du BEN à son propre petit-frère en violation des statuts du parti ? Lui-même Ismaël Bah soutient-il Baadiko pourquoi ? Qu’il nous le dise, afin qu’on comprenne pourquoi la violation des statuts par son « proche » Baadiko ne semble pas déranger ce démocrate qui dénonce depuis longtemps les violations de la Constitution par les Présidents guinéens et qui dit combattre pour la démocratie et l’Etat de droit ! Finalement, l’esprit de clan est de quel côté ici ?

 

Ismaël Bah, déclare expliquer les faits réels qui se sont passés en Guinée alors qu’il n’a participé à rien. D’ailleurs, M. Ismaël Bah a compilé en grande partie un texte interne et controversé pour son caractère diffamatoire envers le SG pour y ajouter ses invectives personnelles et le faire publier sous son nom. C’est une faute grave !

 

Ma déception est d’autant plus grande qu’en reprenant un passage du texte du président Baadiko, Ismaël Bah écrit que M. Ibrahima Barry et Sadio Barry ont falsifié à leur guise les contenus consensuels des statuts notamment sur les attributions du Conseil Permanent (CP) et le Bureau Exécutif National (BEN) et qu’ils ont purement et simplement gommé le contenu de « l’Art 8 : l’Union des forces démocratiques (UFD) est un parti de militants. Ses membres adhèrent à des idées, à des projets et programmes et non à des hommes. Ils sont organisés en structures transparentes et non en mouvances et réseaux, aux ordres d’un homme ou d’une secte ou d’un clan »

 

Comment Sadio Barry peut-il modifier, depuis l’Allemagne, des statuts rédigés en Guinée et présentés au congrès par le président Baadiko lui-même ? Je suis d’autant plus effrayé que l’article en question existe bel et bien dans les statuts, mais simplement décalé au point 14 des statuts par la commission de négociation dirigé par le frère du Président en personne en qualité de responsable national du parti. Le constat est grave : le Président a-t-il signé et fait voter des statuts sans en connaître le contenu ? En d’autres passages du texte copié et rendu public par Ismaël Bah, le Président a écrit aussi que M. Sadio Barry a écrit le 10 août 2015 avec la citation de la signature de cinq personnes dont il prétend qu’elles sont membres du BEN, avec de fausses attributions, alors que jamais le congrès n’a élu ces personnes. Allahou Akhbar ! Je fais partie de ces signataires. Monsieur le Président a-t-il un problème de mémoire ou bien falsifie-t-il l’histoire pour simplement salir le Secrétaire général du parti et dans l’intérêt de qui ? Le jour du congrès, nos deux groupes ont élus des personnes sur place et des noms restant ont été lus au congrès avec des places libres que chaque groupe a été appelé à remplir après. M. Bah Baadiko veut-il remettre tout cela en cause maintenant pour atteindre un but visé ? Comment reprocher au régime guinéen de ne pas honorer ses engagements voire de les nier et chercher à remettre en cause des statuts adoptés en congrès il y a 2 mois seulement ? Cette action du Président de l’UFD et de ses proches rappelle celle du pouvoir qui a toujours cherché à renégocier des accords signés qui ne l’arrangent pas. Chose rejetée catégoriquement par notre parti qui tient aux principes, au respect des textes et des engagements signés (voir la dernière Déclaration de l’UFD relative au dialogue politique guinéen).

 

Dans un autre passage, Ismaël Bah dit, reprenant encore un passage du texte du Président qui cherche à faire remonter les anciens membres contres les nouveaux: « Au plan financier, il faut souligner qu’ils nous laissent l’essentiel du fardeau, tout en cherchant systématiquement à minimiser les sacrifices consentis depuis 23 ans ».

 

Ce sont des déclarations non fondées dans la mesure où depuis le congrès et son élection au Secrétariat général, Sadio Barry n’a autorisé aucune dépense ou en faire la demande. Depuis le congrès, Sadio Barry n’a travaillé ou ne s’est déplacé au nom du parti qu’à ses propres frais. Et il en a fait beaucoup !

 

Je m’en vais dire aux responsables, cadres et notables de l’UFD que tous les groupes venus dans l’UFD l’ont fait par leur confiance en Sadio Barry qui fut proposé et élu à son absence au poste de Secrétaire général. Vouloir calomnier ce dernier pour ternir son image, c’est agir contre l’intérêt supérieur et la survie du parti. Le départ de Sadio Barry entrainera celle de beaucoup d’autres de ce parti qui gagnait déjà du terrain en Guinée et à l’extérieur. J’en appelle donc au Président et à ses proches, de réfléchir si leurs actions actuelles vont vraiment dans le sens de l’intérêt du parti ?

 

Pour le point 7 de son texte, je dirai au camarade Ismaël Bah que personne n’est contre le congrès extraordinaire. Nous contestons juste la violation des statuts qui accompagne les mesures du Président. Qu’Ismaël Bah qui a manifesté du plaisir à citer des articles des statuts nous donne la référence qui donne ce pouvoir au Président ou qu’il nous cite un cas précédent dans l’histoire politique. A moins que pour eux, le Président de l’UFD soit au-dessus des textes du parti. Dans ce cas, ce serait équivalent de dire qu’Alpha Condé est au-dessus de la Constitution guinéenne.

 

Dans sa conclusion, M. Ismaël Bah demande publiquement à Sadio Barry, de nous expliquer ses raisons d’adhérer au RPG dont il continuerait de garder secrètement des contacts. Dans la phrase qui suit, il se fait démentir lui-même : « Manifestement, quelles sont les raisons à Sadio Barry de quitter le RPG ? »

 

Qu’est ce que le passé lointain de plus de 24 ans vient chercher dans la crise actuelle provoquée par la violation des statuts de l’UFD par le Président Baadiko, « proche d’Ismaël Bah » ? Je voudrais quand même rappeler que Sadio a lui-même expliqué dans plusieurs de ses textes et récemment sur Hafianews, bien écouté par Ismaël Bah, son histoire avec le RPG dont il s’est retiré en 1991 avant que ce mouvement devenu ethnique ne soit enregistrée comme parti politique. On peut donc se demander la motivation d’Ismaël Bah en posant cette question. Salir le SG du parti en l’associant au parti au pouvoir RPG d’Alpha Condé ? Curieux donc qu’Ismaël Bah ait soigneusement évité de parler ou de poser des questions à guinee58 par rapport à l’information selon laquelle son « proche » Président Baadiko négocie en cachète avec Alpha Condé, président du RPG au pouvoir ! A noter que cette information n’est pas seulement de guinee58 mais de certaines radios locales du pays.

 

Par ailleurs, le lundi 20 juillet 2015, de 14:30 à 16:30 Baadiko a rencontré le bureau du mouvement de soutien à Diallo Sadakaadji au quartier Tata à Labé. Au cours de cette rencontre à son initiative, le Président Baadiko a chargé Nassim Barry, le président du Mouvement de soutien à Sadakaadji, de dire à Diallo Sadaka que son engagement passé avec lui reste maintenu et que si ce dernier maintient aussi sa position, lui Baadiko est prêt à partir le voir à Dakar pour qu'ils en discutent et finalisent un accord.

 

Jusqu’à nos jours, le Président Baadiko n’en a pas parlé au parti ! Comment comprendre et qualifier cet acte ? D’autant que cela s’est produit alors que le 10 juin, c'est-à-dire un mois auparavant, un communiqué avait indiqué que Diallo Sadakadji s’engage désormais à soutenir la réélection d’Alpha Condé.

 

Ismaël Bah doit donc admettre avec moi que c’est la présence de Sadio Barry à la tête du BEN qui continue de rendre ce parti crédible et fréquentable par des démocrates et opposants guinéens. Sadio Barry est une caution de crédibilité qui maintient beaucoup d’entre nous dans ce parti avec Baadiko à sa Présidence. S’ils veulent vendre ce parti au dictateur Condé, ils doivent nécessairement trouver d’abord un moyen de faire partir Sadio Barry.

 

Enfin, notre BAH Ismaël signe en tant que responsable de l’UFD Benelux. Ce qui fait 3 pays à savoir la Belgique, les Pays Bas et le Luxemburg. Il devrait donc avoir au moins 3 bureaux et leurs militants et sympathisants derrière lui. Comment se fait-il donc qu’aux élections passées, il n’ait récolté que 3 voix électorales seulement ? Y aurait-il un membre et militant par bureau et par pays ? Dans quel intérêt les frères Bah combattent-ils Sadio Barry qui fait venir des militants dans le parti ?

 

 

Thierno Ibrahima Diallo,

Ingénieur Micro-Informaticien